CONSOMMATION MIEL FRANCE

Ces français grands amateurs de miel, et pourtant...

± 45 000 tonnes de miel sont consommées chaque année en France.
Une consommation qui ne cesse d’évoluer pour atteindre près de 600g par habitant par an.

POURTANT, UN CONSTAT ALARMANT…

Les Français font partie des plus grands consommateurs de miel d’Europe, avec 75% de la population qui en consomme.

Malgré cela, la professionnalisation de la filière apicole et la production française de miel ne sont pas à la hauteur de cette consommation croissante.

En effet, la majorité des apiculteurs (92%) sont amateurs avec moins de 50 ruches. En revanche, ce sont les professionnels qui sont à l’origine de la majorité du volume de miel produit (avec près de 65% du volume). Malheureusement, ce volume a atteint seulement 16 000 tonnes en 2016, loin des 45 000 tonnes que nous consommons.

Sur ces 45 000 tonnes, 55% sont achetés en grande surface. La grande distribution s’approvisionne alors à l’étranger pour répondre à la forte demande.

Chaque année, la grande distribution écoule plus de 17 000 tonnes de miel et seulement 10% de ce volume provient de ventes directes d’apiculteurs français.  L’essentiel des ventes est donc composé de miels d’importation, et de miels issus de conditionneurs (importés ou non). Là encore, une proportion croissante de miels importés préférés pour leurs bas coûts, au détriment des miels français.

Les miels d’importation proviennent essentiellement d’Espagne, de Chine et d’Ukraine. Il est à noter que le pays de provenance ne signifie pas nécessairement le pays de production ; des cas de réexportation ont déjà été identifiés pour masquer le pays d’origine.

Les miels issus de conditionneurs vendus en GMS, quelle que soit leur provenance, sont en grande partie des miels mélangés. Qu’il s’agisse de miels toutes fleurs ou de miels de crus (monofloraux), les assemblages sont réalisés dans le but d’uniformiser le goût d’un lot à l’autre.

De ce fait, la plupart des consommateurs sont habitués à ces goûts standardisés et témoignent d’une méconnaissance du miel et de sa diversité de goûts.

MALGRÉ TOUT, DE L’ESPOIR SUBSISTE !

Les créations, en 2009 de l’ITSAP (Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation), et en 2018 de l’INTERAPI (Interprofession des Produits de la Ruche) démontrent la volonté des acteurs de structurer et de professionnaliser la filière apicole française.

Par ailleurs et malgré une production française en net recul depuis plusieurs années (mortalité accrue du cheptel, affaiblissement des colonies…), le nombre d’apiculteurs et de ruches en production est en progression.

Il faut dire qu’avec plus de 40 types de miel différents, la France procure à ces passionnés un terrain de jeu sans pareil. Ces productions de miel spécifiques sont alors distribuées essentiellement via la vente directe et les circuits courts (environ 75% des 16000 tonnes annuelles de la production française).

Le Bio fait également une croissance importante à la fois en volume de miel et en nombre d’apiculteurs professionnels convertissant leur production en agriculture biologique.

Ces évolutions offrent l’espoir que la tendance s’inverse, avec une croissance de la production de miels en France grâce à un nombre plus important de ruches, et grâce à des pratiques plus professionnelles qui permettent d’obtenir des rendements supérieurs tout en respectant les cheptels.

Reste encore le changement des habitudes de consommation pour se tourner vers une production locale à la qualité supérieure. Une prise de conscience qui s’opère doucement, portée notamment par une communication importante sur les difficultés actuelles de l’apiculture en France et la révélation de pratiques frauduleuses sur les miels importés.

ET SI PRIMITIFS PARTICIPAIT AUSSI À LA REVALORISATION DE L’APICULTURE FRANÇAISE, DE SES MIELS, DE SES SAVOIR-FAIRE ET DE SES TERROIRS…

Une gamme de miels de caractère à découvrir sans plus attendre !
Rendez-vous sur www.primitifsfrance.com

Laisser un commentaire